Accès direct à FranceGenWeb Accès direct à CousinsGenWeb
L'architecture début XXe à Nogent sur Marne
Sommaire de CousinsGenWeb 94 Sommaire de ValDeMarneGenWeb Ecrivez-moi

Montmartre à la campagne:

Au XIXe siècle, Nogent a subi l'arrivée du chemin de fer: A l'est avec, la ligne Paris-Mulhouse et la construction du viaduc, à l'ouest avec la ligne Bastille-La Varenne qui sera agrémentée d'un tramway en 1901.
La proximité de Paris transforme rapidement Nogent et les bords de Marne en une villégiature à la mode avec ses guinguettes et ses fêtes nautiques bientôt fréquentées par bon nombre d'artistes.
Les architectes locaux sont à l'honneur et peuvent à loisir décliner leurs talents pour cette clientèle Parisienne. Ils exploitent avec brio les nouveaux matériaux: Meulière, brique, brique silico-calcaire, plâtre et faience. De multiples styles se côtoient: néo-normand, néo-gothique, néo-renaissance, néo-Louis XIII, néo-mauresque, etc... C'est dans ce contexte qu'apparait l'Art Nouveau. Par opposition à l'académisme, il se veut total. Il n'y a plus de distinction entre art majeur et arts mineurs. Il s'adapte facilement à tous ces matériaux auquel on adjoint grilles forgées, portes sculptées et charpentes audacieuses.

La famille Nachbaur:

Plaque apposée sur une des créations de la famille
Georges Nachbaur (1843-1921) et ses deux fils, Albert (1879-1933) et Georges (1884-1977), sont les moteurs de cet Art Nouveau. Leurs créations vont de la maison individuelle à l'immeuble collectif, en passant par le marché couvert, et le casino Tanton. Porte signée Nachbaur
Porte d'immeuble en arc outrepassé
5, rue Lemancel
La maison d'Albert Nachbaur
La maison d'Albert Nachbaur
Boulevard de la république
L'art est total. Albert Nachbaur à qui aucun détail n'échappe, va jusqu'à faire sculpter le chapeau des cheminées. Pour employer une des expressions alors à la mode,
"La réalité dépasse la fiction".


Bon vivant, il est surnommé "Max Nar", et Maurice de Rothschild, dans l'Intransigeant du 12 avril 1913, va même jusqu'à affirmer qu'il a été chansonnier à Montmartre.


Petit indicateur des rues de Nogent

La Grande Rue

Hector a deux juments un' petite et un' grand'
La petite ne fit jamais chose incongrue
Il l'approche sans crainte, mais l'autre il l'appréhende
La petite est très douce, mais... la Grande Rue

Rue des Gazons
Pour que dame censure ne nous cherche raisons
Racontons en de rudes... et gazons!.

Albert Nachbaur quitte définitivement la France après la guerre de 14-18 pour s'établir à côté de Pékin. Il avait acheté à une trentaine de kilomètres de là une vielle pagode, et fondé, à l'instar de Montmartre, la commune libre de Pi Yun Tse. Il y recevait chaque dimanche la colonie européenne de Pékin, ministres, ambassadeurs et amis de passage.
Charpente Briques
Rue de l'ArmisticeRue de l'Armistice
Pavillon
Avenue de la république
Fenêtres en arc outrepassé 100% briques
Avenue de JoinvilleImmeuble
Rue Parmentier
Le Casino Tanton

Damotte:

Porte du 8 rue André Pontier La maison du 8 rue André Pontier
La maison de Georges Damotte
Carrefour de la rue André Pontier et de la rue des Héros Nogentais

Celles qui sont jolies mais que je n'ai pas identifié:

Quai de la Marne au Perreux Rue José Dupuis
Quai de la Marne au PerreuxRue José Dupuis
Rue du Gal Chanzy
Rue du Général Chanzy

Tissoire:

La maison de Tissoire Avec Tissoire, l'art nouveau est relegué aux archives. Les meulières, briques, plâtres et faiences disparaissent.

C'est l'art moderne qui s'impose. Tissoire sculpte désormais le béton, et avec succès.

Les fenêtres sont maintenant avancées en demi cercle ou en demi hexagone (1er étage).
le deuxième étage laisse place à un balcon de même forme, mais inversé.

Tissoire s'était construit cette maison, et avait installé son atelier au rez de chaussée.

On peut noter que les constuctions de droite et de gauche érigées plus tardivement ont copiées le style du maitre.
Maison de Tissoire, rue Lepoutre
La rue Lepoutre, une déclinaison de Tissoire pour tous les goûts.

 Retour à Nogent sur Marne
 Retour à la carte interactive
 Sommaire



© Copyright Yves Vergez  et FranceGenWeb
Mise à Jour du 30/06/2002.